MAGAZINE

HappyCulture

MEMORABILIA – 13.03.2018


Les Détournements

Le Détournement est un processus artistique qui consiste à s’approprier une image ou un objet et à le modifier pour en faire quelque chose de nouveau en modifiant son contexte ou encore son matériau.

C’est en 1982 que la maison CASTELBAJAC Paris créer ses premières robes en proposant aux peintres Jean-Charles Blas, Robert Combas et Loulou Picasso de peindre sur des robes vouées à être portées. L’œuvre picturale devient alors vêtement.
Suite à la première robe tableau, c’est en 1988 que la marque inspire à un retour à l’enfance avec le détournement d’oursons en peluches. Fait d’une quarantaine d’ours cousus entre eux, le manteau « Teddy Bear » envahit la toile et fait la couverture de grands magazines féminins tels que le ELLE Magazine.
Au défilé Automne-Hiver 1989, Vanessa Paradis porte une version du manteau Teddy Bear qui devient un boléro Snoopy.

Après les ours en peluche, les LEGO jeux de construction mondialement connus sont également détournés. Transformés, imprimés ou montés en casquette, ces lego sont un réel terrain de jeu & d’expression artistique (Collection Printemps-Eté 2009 « JC in the Sky with Diamonds »)

Lady Gaga with the Kermitt coat

Les peluches s’accumulent pour devenir des manteaux, les marionnettes également. En 2008 la collection Automne-Hiver 2008-2009 « Be Pop my Lola » s’apprête de Kermit la grenouille, personnage de fiction créé par le marionnettiste américain Jim Henson. Porté par Lady Gaga, le manteau Kermit est une des premières pièces portée par la chanteuse.

En 2008 et 2009, les cartes bleues se font robes et le dollar se porte sur une épaule.
Automne-Hiver 2008-2009 « Be Pop My Lola » et Printemps-Eté 2009 « JC in the Sky with Diamonds”
En 2011-2012, la Collection « Woman Ray » rend hommage à la Littérature : les robes se parent de couvertures, les prix littéraires sont quant à eux en première page du défilé.

En utilisant la technique du détournement, la Maison met en avant divers arts comme la littérature ou encore la peinture.

A l’instar de CASTELBAJAC Paris, beaucoup d’artistes utilisent le détournement d’objet, de matériaux ou d’aliments dans leur art, tout comme l’artiste italien Giuseppe Colarusso utilisant une orange afin d’en faire un objet utile au quotidien.

Dans l’histoire de l’Art et du Design, la technique du détournement est fréquemment utilisée. En 1936, Meret Oppenheim crée « Déjeuner en fourrure », œuvre conservée au MoMA à New-York. La même année, Dali détourne un objet de notre quotidien qui devient le Téléphone Aphrodisiaque (1936, collection privée).Les frères Campana, quant à eux, utilisent à leur tour des peluches pour créer des fauteuils

Ainsi le détournement dans l’histoire de la maison CASTELBAJAC Paris fait partie intégrante de son ADN. Avec l’utilisation de cette technique la marque diffuse alors culture et légèreté d’esprit.