MAGAZINE

HappyCulture

ARTYCULTURE – 05.01.2018

ARTY’CLE
COLOREMOTION

MAGAZINE
HappyCulture

ARTYCULTURE – 19.02.2018

ARTY’CLE
GALERIE PIERRE-ALAIN CHALLIER : L’exposition « Coloremotion »

Arty dans le cœur et dans l’âme, les Arts et la créativité forgent l’identité et animent l’esprit de notre marque depuis 42 ans!

La peinture, le street art, la poésie, la littérature, ou encore la musique, sont autant de collaborations qui ont nourri notre marque. Jean Michel Basquiat, Keith Harring, mais aussi Robert Malaval, ou encore Katy Perry, Vanessa Paradis et bien d’autres ont contribué au rayonnement de la maison Castelbajac Paris dans le monde !

Dans une démarche de démocratisation et de décloisonnement de l’art, nous partageons avec vous ces œuvres et ces artistes qui nous font vibrer. A travers notre œil aussi curieux qu’optimiste, nous vous invitons à découvrir et partager l’actualité artistique !

De tableaux en sculptures ou de scènes de concert au street art, le monde de l’ArtyCulture vous ouvre ses portes deux mardis par mois… Pour diffuser l’HappyCulture ! 🙂

GALERIE PIERRE-ALAIN CHALLIER : L’exposition « Coloremotion »

En plein cœur du quartier du Marais, la Galerie Pierre Alain Challier accueille la vidéaste et photographe plasticienne Cécily pour son exposition « COLOREMOTION ».
Vidéaste et photographe plasticienne depuis 16ans, Cécily réalise des portraits reflétant son intérêt pour le mouvement, l’énergie et l’anonymat.
Cherchant à capturer l’instant de bien être, Cécily conçoit l’art de la photographie au même titre que celui de la peinture et assiste ainsi à tous ses tirages. Son travail est signé par son prénom précédé par trois points de suspension et nomme ces portraits par le prénom de la personne représentée. L’artiste reste reconnaissante et valorise ses modèles sans qui ses projets ne verraient pas le jour.
Constituée de trois séries : « Les mois révés, J’aime et Impression » le propos d’ensemble de Cecily étant de relier la couleur aux émotions, les émotions aux souvenirs, aux amours et aux impressions.
L’artiste nous présente dans un premier temps son calendrier des couleurs au sein duquel chaque semaine à sa teinte, partant du plus claire le lundi, au plus foncé le dimanche. Cecily nous présente également une série photo pour laquelle 11 anonymes ont été photographiés devant la couleur de leur choix en pensant à quelque chose qu’ils affectionnent particulièrement.

La photographe plasticienne nous emmène ensuite avec elle lors de ses voyages en train, durant lesquels paysages et musiques l’accompagnent tout au long du trajet. Musiques que l’on retrouve lors de la visite à la galerie. En effet, ce sont 7 fragments de musique de films d’amour cultes qui passent en boucle durant ce trajet romantique et nostalgique.

Au second étage, la Galerie laisse place à de grands artistes, eux aussi passionnés par la couleur. De Damien Hirst à De Launay, de la peinture à la sculpture en passant par le trompe l’œil, le deuxième étage nous ouvre les portes d’une nouvelle image de la couleur et de ses émotions.

CASTELBAJAC Paris est donc parti à la rencontre du galeriste Pierre Alain Challier qui nous a transmis sa vision de la couleur et nous en dit plus quant à l’exposition COLOREMOTION :

– Pourquoi avez-vous choisi Cecily pour une exposition sur la couleur ?

…Cecily a été marquée par une exposition de Nils-Udo à la galerie il y a 10 ans, et depuis elle suit tous nos projets avec attention. J’ai été frappé par son approche hypersensible des couleurs. Elle a réalisé des nuanciers pour des maisons de peinture, tout son travail fait référence à un calendrier de couleurs qui lui fait dire avec humour : « Quelle couleur fait-il aujourd’hui? »

– Que pensez-vous que la couleur apporte au quotidien ?

Quand j’ai repris le fonds de l’ancienne galerie Artcurial, la volonté dès l’origine de Sonia Delaunay de « mettre l’art dans le quotidien » avec son jeu des « Couleurs Simultanées » m’a marqué. Céramiques ou textiles, bijoux d’artistes émaillés, son talent n’avait aucune limite et a traversé le temps et les modes. Quand j’expose Yayoi Kusama, Hubert Le Gall, Piero Dorazio ou Damien Hirst, voir chaque jour leurs éclats de couleurs audacieux apporte immédiatement une énergie formidable à toute l’équipe de la galerie. J’ai la chance de vivre entouré de leurs oeuvres dans mes maisons. C’est une dose de vitamines quotidienne, et ça ne m’empêche nullement d’aimer profondément les noirs de Bernar Venet ou Pierre Soulages, qui maitrisent ce noir pour mieux mettre en valeur les nuances de la lumière. Le bonheur est fait de contrastes non?

– Quel est votre dernier souvenir, choc artistique ou même rêve avec une « COLOREMOTION » ?

J’aime par-dessus toutes les déclinaisons du vert dans la nature, dont je retrouve l’essence dans les toiles de Nils-Udo. J’aime les couleurs des palettes d’artistes dans les ateliers: en ce moment, je suis plongé dans les jaunes d’Etel Adnan, les bleus de Geneviève Asse, les rouges de Geneviève Claisse, les oranges vifs de Véra Molnar, les collages vibrants de Shirley Jaffe, les subtilités cuivrées de Judit Reigl, les coulures de laines de Sheila Hicks… je cours chaque matin les ateliers de ces femmes de caractère pour ma prochaine exposition « Les Pionnières ». Leur énergie créatrice est une leçon de formes et de maitrise de la couleur. Elles ont plus de 90 ans et ne parlent que d’avenir et de projets.

Dans la mode, c’est Agatha Ruiz de la Prada, qui m’a encouragé à porter les couleurs. Sa maison sur la mer est une ode à la couleur, depuis que je l’ai rencontrée je m’autorise toutes mes envies chromatiques. Cela change le regard. J’aime ces créateurs dont la mode est un écho à l’art, qui sont souvent des collectionneurs, comme le furent en précurseurs Jacques Doucet, Hubert de Givenchy ou Yves Saint Laurent.

– Au second étage, plusieurs œuvres d’artistes différents sont exposées, comment avez-vous sélectionnés ces artistes maitres de la couleur ?

J’ai la chance d’éditer un fonds riche de centaines d’oeuvres, de la sculpture aux estampes ou aux arts décoratifs. Le plus difficile était de faire un choix. Avec Cecily nous aimions la palette cinétique de Yaacov Agam, évoquant ses réalisations pour les Pompidou, des années optimistes où la couleur était reine, j’avais aussi très envie de re-montrer les derniers « Yeux » lumineux, bleus et verts de Nicola L., les paysages solaires d’Alecos Fassianos ou les célèbres colonnes 70 de Guy de Rougemont, ou une flamboyante « Malicieuse » de Mimmo Rotella. Mais au delà de ces pièces déjà « historiques » j’ai aussi choisi une étonnante sculpture de Robert Combas. J’ai même trouvé une oeuvre mathématique à fond jaune de Bernar Venet !

Dans l’espace permanent dédié aux bijoux d’artistes, j’ai mis en lumière les broches très colorées du futuriste italien Giacomo Balla, le lapis lazuli bleu profond d’un pendentif de José-Luis Sanchez, les colliers et bagues en coulures de peinture de Piero Dorazio et de rares bijoux émaillés de Sonia Delaunay, que je prêterai ensuite au Musée des Arts Décoratifs.

– La vocation de notre Maison est de diffuser l’HappyCulture, comment la diffuseriez-vous ?

Nous vendons les portraits de couleurs d’Eva Bester, Lambert Wilson ou Robert Carsen au profit de l’association « La Voix de l’Enfant » dont les équipes font un travail exceptionnel de prévention et de défense des jeunes enfants victimes des aléas de la vie. La présidente, Martine Brousse, est un modèle d’énergie, qui déplace des montagnes avec le sourire même dans des circonstances graves. Leurs marraines sont Hélène Darroze, qui fait naître le bonheur par la gourmandise, et depuis toujours Carole Bouquet, ma chère voisine qui irradie de beauté et d’élégance, et demeure une des plus belles ambassadrices de la culture française. Pour moi, l’HappyCulture, c’est butiner dans la vie avec humour et recul, c’est partager un art de vivre, c’est savoir apprécier chaque jour la chance que nous avons malgré les accidents parfois durs que la vie réserve, c’est se dire chaque soir que le seul fait d’être en vie est une perpective pleine de promesses.

GALERIE PIERRE-ALAIN CHALLIER
« Coloremotion »
8 rue de Belleyme 75003 Paris
Exposition du 27 janvier au 24 février 2018
du mardi au samedi de 11h à 19h